Animations communautaires régulières :
Noscea :Sombrelinceul :
Le printemps domien → Lavandière, maison 31, secteur 6.


Thanalan :
Havre Blanc → La coupe, maison 12, secteur 3.
Permanences : Vendredis soirs de 21h à 23h.
Manoir Hawkins → La coupe, maison 35, secteur 7.


Communauté :
Linkshell communautaire et Discord

Havre Blanc

Présentation des Compagnies Libres, des commerces et animations.
Avatar du membre

Topic author
Olorion Fatieslin
Messages : 13
Enregistré le : 26 févr. 2017, 17:39

Havre Blanc

Messagepar Olorion Fatieslin » 28 févr. 2017, 21:55

Un parchemin piqué sur les tableaux de toutes les guildes d’Aventuriers. Une nouveauté dont on parlera surement un jour ou deux, avec effusion et enthousiasmes, avant qu’on en vienne à changer de sujet.

«Le Havre Blanc tend dès à présent la main à ceux qui en ont le besoin.

Le destin n’est pas toujours aimable, et vous êtes parfois en droit d’esperer mieux du sort, lorsqu’il s’acharne sur vous. Sachez à présent qu’il existe un endroit ou la tourmente n’a aucun droit. Un Havre ou vous pouvez espérer respirer quelques temps, et chercher de l’aide en vue de résoudre ce que vous ne pouvez résoudre seul.
Le Havre Blanc se fera un devoir de répondre à toutes les demandes légitimes, et ce dans un but non lucratif : nous croyons simplement qu’il faut quelques initiatives du genre pour faire d’Eorzea un monde meilleur.
Le Havre Blanc peut déjà fournir : la pratique d’un médecin, une salle de repos, un groupe d’aventurier et de compétences relativement divers pour intervenir sur le terrain, étudier et résoudre des problèmes variés et, au besoin, se battre.

AVIS : s’il existe des gens qui ne sont pas dans le besoin mais qui, au contraire, désirent offrir, sans contraintes, un peu de leur temps et de leur personne pour aider, ils sont les bienvenus. Ils pourront signer le Registre du Havre Blanc, et ainsi être sollicité chaque fois que l’on saurait avoir besoin des compétences qu’ils acceptent de mettre à disposition.

Notez Bien : Les opérations et participants du Havre Blanc seront à la discrétion des Compagnons. Œuvrant pour le soulagement de nos contrés, le Havre Blanc ne tient nullement à compromettre la sécurité de qui que ce soit.

Vous pourrez contacter Olorion Fatieslin, ou vous présenter au bâtiment 3 :12, à la Coupe. Une permanence sera observée chaque Vendredi soir, de 21 à 23h. Tout courrier laissé à cette adresse trouvera une réponse prompte. Prière de ne pas prendre d'amendes, elles sont offertes à l'intérieur.»




[Point Backround, il n'est pas indispensable de le lire !]

Pourquoi avais-je attendu si longtemps ? Je crois que c’est dans cette question que réside toute l’intensité du projet fou dans lequel j’ai finis par me lancer. Je me souviens encore de la nuit en plein jour... Debout d’abord, puis assise, et enfin couchée dans cette marre de sang, au milieu de ce qui était jadis mon domaine. Je me souviens que je me sentais presque bien. Plus de douleurs... L’esprit à peine vivace errait, et cette question planait dans ma pérégrination mentale : pourquoi avoir attendu si longtemps ?
Ces derniers temps avaient été une longue agonie. Tout allait si bien. Et ces complots, ces émeutes... Mon mari y avait laissé la vie, et j’avais vu bruler avec lui tout ce que j’avais. Il ne m’était resté qu’une fortune héritée, et plus beaucoup de vie pour la dépenser. Je me souviens que cet instant avait tout l’air d’une délivrance. Oui... Voilà pourquoi j’avais attendu : j’avais pris le temps d’échouer. De m’enterrer. J’avais cessé de croire. Un suicide comme cri de désespoir d’une âme malheureuse.

Et voilà qu’on trouble mon décès, qu’on gâche ma mort. Ces bruits viennent d’un autre monde, celui des vivants... Pourtant je les perçois encore. Puis une tête. De ridicules cheveux bleus et blancs... C’est tout ce que je distingue de cet importun qui se penche sur moi... Ah... Si... Des yeux mauves et deux tatouages sur les tempes... Ces touches de couleurs, je les distingue... Elles... Et la chaleur de sa voix, odieusement calme pour quelqu’un qui assiste à un suicide.
« Je vous tiens, madame. Tout ira mieux, à présent. »
Et moi, sotte devant les Douzes.. J’ignore encore pourquoi je l’ai cru. Mais j’ai senti mes yeux s’embuer de larmes. « Rattrapez-moi » hurlais-je dans mon esprit, alors que je tombais dans l’oubli.


Mémoires du Havre Blanc,
11ème jour de la 2ème lune ombrale.
Amarylis de Haut-Bois.



Je me réveille. Il est là. Nous sommes dans une chambre d’auberge d’Ul’dah. Il avait les yeux baissés sur ses mains, croisées dans un signe de méditation. Pourtant, dès que je reprends connaissance, il se tourne vers moi, et me salue. Je ne réponds pas. Je me sens mieux, donc je me sens mal. Je me souviens l’avoir fusillé du regard : oh, je le détestais d’avoir détruit ma dernière once de courage en me sauvant de… De ce que... J’avais essayé de faire. Il me salue, il me demande comment je fais... Je ne réponds pas, hargneuse. Alors il s’est mis à discuter tout seul. Il a raconté comment il m’avait trouvé, puis soigné. Il m’a parlé du temps, d’Ul’dah.. Je ne mangeais que lorsqu’il me laissait seule. Et je ne pleurais que lorsqu’il n’était pas là. Il parlait comme si de rien était. Son assurance m’agaçait au plus au point, lui qui ne semblait tenir compte des peines de personnes ! Un matin, je me souviens avoir envoyé baladé l’assiette qu’il m’avait tendu ? J’avais saisi sa main. J’étais faible, encore, et mes jambes qui refusaient de bouger depuis des années déjà. Je voulais lui faire mal, je voulais effacer cet air calme et souriant de son visage, déversant haine et colère.
« Et qui êtes-vous pour me traiter comme cela ?! Comme si j’étais une enfant ?! Qui êtes-vous pour dire que la vie est belle, et que tout va bien ? Faut-il être un simple d’esprit naïf, et vivre avec un bandeau sur les yeux pour se permettre d’être heureux ?! « Levez les yeux », et je ne sais quelles autres foutaises ! Plus vous changez d’air, plus il est nauséabond ! Regardez ailleurs, et vous verrez des horreurs différentes ! »
Je ne pourrais pas retranscrire entièrement tout ce que j’ai pu dire ce soir-là.. Mais l’idée était simple : je revendiquais mon droit à aller mal, face à cet énergumène qui me parlait depuis des jours comme si j’étais juste dans une « mauvaise passe », un genre de crise d’adolescence tardive... ! Mais je me souviens parfaitement de sa réponse. Il a penché la tête sur le côté lorsque j’eu terminé... Comme ces animaux qui vous dévisagent sans comprendre. Il prit le temps de réfléchir... Avant de se fendre d’un sourire simple qui releva ses fossettes.
« Je crois simplement que quel que soit le ciel, la terre, ou les hommes… Être heureux est un droit, et rendre heureux est un devoir. »
Je ne sais ce qui m’a déboussolé. Son air terriblement calme et maitrisé, qui donnait une puissance sans précédent à cette maxime fantaisiste ? Le sérieux et la foi qui portaient cet idéal ridiculement utopique ? Cet air innocent et naïf qui semblait dire qu’en plus d’y croire, il était l’incarnation même de l’innocence stupide de ce projet ? Et il se passe une chose idiote : vous n’y croyez pas. Pas du tout... Mais c’est tellement fort qu’il arrive pire que ça : vous avez envie d’y croire. Comme un pâle matin d’hiver dont vous n’attendez aucune chaleur, mais qui vous pousse pourtant à espérer le printemps.
Alors j’ai recommencé à me taire. Je l’ai écouté comme on écoute un conte de fée. Et timidement… Je me suis mise à rêver.


Mémoire du Havre Blanc,
15ème jour de la 2ème lune ombrale,
Amaryllis de Haut-Bois.



Le temps passe, et je me suis remise. Olorion -car tel était son nom, avait recommencé à partir la journée, me laissant seule. Lorsqu’il revenait... Eh bien nous discutions. J’étais chaque jour un peu plus ravie de le voir : il me faisait oublier mes problèmes. Là, dans cette chambre, le dénuement était laissé à la porte. J’ai beaucoup parlé. Il était gridanien, comme moi, alors j’ai évoqué mon déménagement à Ul’dah, pour rejoindre mon compagnon... Mon mariage heureux, et les années nombreuses ou notre hymen avait survécu. PUIS les événement « récents », liés au soi-disant assassinat de la sultane, dans lesquels mon époux avait trouvé la mort. Depuis lors, j’avais erré comme une âme en peine, une elezen qui se noie. Et le jour où il m’avait trouvé... Etait celui ou j’avais perdu l’espoir qu’une main me sorte de là.
Une expression particulière hantait son visage. Il n’était ni surpris, ni peiné. Il était… Agacé. Comme si dans mon histoire, une chose évoquait en lui une corde sensible, et je n’eu pas à creuser bien loin pour qu’il confesse son trouble.
« Beaucoup d’âme en peine cherchent l’aide qu’il leur manque pour avancer, aller mieux. A l’image de beaucoup d’entre eux, vous n’avez pas su la trouver. » Son visage trahissait non pas le reproche, mais la peine. Sans grande difficulté, je devinais ce syndrome propre aux idéalistes : le regret de ne pas pouvoir soigner le monde entier. Et pourtant, sa flamme se raviva aussi vite qu’elle avait pu vaciller : « Mais je veillerai à ce que ceux qui ont besoin d’aide n’aient plus à la chercher, et que tous puissent savoir ou trouver des mains secourables. Vous verrez, Madame. Vous verrez. »
Son assurance faisait froid dans le dos, tout comme son calme. Ce hyurois n’était pas un gosse qui rêvait d’être plus tard un super héros. C’était un être compétent et déterminé.


Mémoire du Havre Blanc,
19ème jour de la 2ème lune ombrale,
Amaryllis de Haut-Bois.




Il m’a sorti, ce jour-là. Poussant une chaise roulante. Nous sommes allés aux ruines. Là où j’avais manqué même ma mort. Il est resté derrière moi, et n’a rien dis. C’était mon domaine, mon héritage. Peut-être alors était-ce aussi mon tour d’agir ? J’avais longtemps réfléchis à tout cela. Et je n’avais aucune envie de croire à tout cela. J’avais grandis, j’avais vieilli, j’avais souffert. Je ne voulais pas d’illusions. Mais je n’avais rien d’autre à faire. Alors j’allais croire. J’allais croire en ce Havre Blanc. Cet espace chaleureux ou chacun trouvera l’aide qu’il vient y chercher. Une soupe, un médecin... Un ami, un feu... Ou une main tendue pour se relever, et se battre. Un sanctuaire ou il serait permis de croire.
« Olorion. Si vous savez faire autre chose que rêver... Je vous aiderai. Concevez votre Havre, je vous laisse ces ruines. Fondez quelque chose en quoi l’on puisse croire. Trouvez des gens pour croire. Et je croirai. »
Pour la première fois, je fus celle déterminée, et lui le surpris. Sèche et dure, j’allais malmener cet être, jusqu’à ce qu’il me montre qu’il avait les épaules. Je lui tendis la main.
« Nous sommes en affaires, Messire Fatieslin ? »
« Je ne vous décevrais pas, dame de Haut-Bois. »
Mémoire du Havre Blanc,
21ème jour de la 2ème lune ombrale,
Amaryllis de Haut-Bois.


Charte RP :

Le Havre Blanc ne se dotera pas d’une charte stricte, d’un corps de règle sévère, car ce n’est pas l’esprit de cette organisation. En revanche, elle se dotera d’une organisation efficace en vue de répondre à toutes les exigences qu’elle s’impose.

La gestion du Havre Blanc repose sur les épaules des Compagnons. Il s’agit du cœur de l’organisation, un petit nombre de personnes qui vivent au quartier général du Havre, et s’occupent d’en faire un endroit accueillant ou chacun saura trouver l’aide qu’il y vient chercher. Ils seront l’âme du Havre Blanc, et ceux qui répondront lorsqu’on le sollicite.
Ce « Quartier Général », terme trop sec pour correspondre à ce qu’est ce domaine, n’est rien d’autre qu’un refuge ou ceux qui en ont besoin peuvent venir y chercher de l’aide. Les installations seront faites en vue de pouvoir fournir le support d’un véritable dispensaire, mais également dans des dimensions plus simples, des salles de repos, des chambres, et un hall commun ou trouver nourriture et boisson. Le Havre n’entend fermer ses portes à personne, mais il est là pour assurer un secours aux nécessiteux. Malgré les potentielles ressemblance, ça n’est donc pas une taverne.
Les Compagnons assureront une permanence obligatoire le Vendredi [Convertir en date éorzéennes] soir : c’est-à-dire que vous trouverez toujours une personne sur place pour vous accueillir. Le reste du temps, hélas, chacun vaquera à ses occupations, et nous ne pourrons garantir qu’il y aura un personnel qualifié pour vous proposer autre chose qu’un repas et une chambre, voir des premiers soins basiques.

La dernière charge, et la plus importante, sans doute, des compagnons, est la tenue du Registre du Havre Blanc. Attendu qu’un registre contient des noms, et donc un risque pour la sécurité d’autruit, ce tome sera sans le moindre doute le bien le plus précieux de l’organisation. Quant à son utilité, il sera le témoin de tous ceux qui décident d’être en accord avec les principes du Havre Blancs, et qui acceptent d’être sollicités en vue de participer à ses opérations.
Cela comprend bien sur les Compagnons, mais également, les Adhérents.

Le Havre Blanc n’a pas vocation à être possessif : la volonté de faire un peu de bien autour de soi, et de guérir les plaies de ce monde et celles de ceux qui l’habitent ne demande pas nécessairement un investissement permanant, incompatible dès lors avec des projets de groupes ou de compagnies libres. Chacun est libre de participer selon son temps et ses moyens, et le Havre Blanc tient à donner à des personnes motivées la possibilité d’être appelée pour avoir l’occasion de faire ce bien. Ces gens n’auront qu’a signer le Registre, y inscrire leurs noms ainsi qu’un moyen de les contacter. Ils seront alors certains d’être contactés, et seront libres alors de venir ou non répondre à l’appel.
Notons toutefois qu’on ne signe pas ce Registre pour la beauté du geste. Un Adhérant refusant systématiquement et sans raisons valables de répondre aux besoins de ceux qui sollicitent le Havre Blanc sera rayé du Registre.

Il est à noter que la décision d’intervenir sur le terrain, en situation dangereuse, ainsi que la décision de faire appel à ceux qui ont signé le Registre pour réussir une intervention relève d’une concertation entre Compagnons.


Préambule au Registre du Havre Blanc,
Olorion L. Fatieslin.
Avatar du membre

Topic author
Olorion Fatieslin
Messages : 13
Enregistré le : 26 févr. 2017, 17:39

Re: Havre Blanc

Messagepar Olorion Fatieslin » 28 févr. 2017, 22:47

Projet, en HRP :
il existe deux niveaux, pour le projet Havre Blanc. L’un est une prétention basique de CL, l’autre, une prétention plus globale et audacieuse, visant la communauté.


La CL Havre Blanc sera une réunion de personnages fatigués ou rêveurs qui ont compris le bien que c’était de pouvoir avoir un lieu consacré au repos, et à la chaleur. Mais cette conception ne se limite pas à eux. Bien sûr, ils ont envie d’avoir ce foyer pour eux, mais ils auront également l’envie de le proposer à ceux qui en ont le besoin. Je reviendrai là-dessus, mais en gros, la CL Havre Blanc sera presque uniquement une bande de colocataires qui partagent une même idée, et qui gèrent leurs foyer comme un sanctuaire et un refuge.

Mais l’idéal Havre Blanc, lui, est communautaire. C’est-à-dire qu’il s’agit simplement d’avoir un carnet de noms (qui comprend bien sur les gens de la CL, puisqu’ils sont la naissance de cet idéal, mais aussi les noms de tout ceux qui voudraient avoir l’occasion de participer à des missions d’aide), des gens qui ont envie de consacrer du temps à panser les plaies d’Eorzéa (et plus, vu l’extension à venir) et celles de ceux qui y vivent, et ce, sans projet autre que l’envie d’aider. Il n’y a pas de grands objectifs, de but final : juste l’envie de pouvoir tendre la main à ceux qui en ont besoin.

Comment ça fonctionne ?

C’est assez simple. Quelqu’un vient nous voir, en RP comme en HRP pour nous raconter son problème. De notre côté, nous offrons DEUX choses : la première, c’est que nous offrons des joueurs. Ceux de la CL, bien sûr, mais également tous les personnages qui partagent cette envie de se rendre utile, et ce, quel que soit la CL. Pourvu qu’on adhère aux principes du Havre Blanc (qui sont assez généralistes et très tolérants), on peut donner sa signature au registre, et être contacté pour participer à un event. La seconde, c’est que nous proposons d’organiser et gérer vos events. Nous savons qu’être MJ, c’est un sacré boulot d’organisation et de gestion. Y’en a qui aiment, y’en a qui n’aiment pas. Mais on a tous des idées, et y’a trop de joueurs qui n’exploitent pas les leurs cars ils n’ont pas envie d’être MJ d’event. Donc ceux-là, venez-nous voir, et on s’occupe de discuter avec vous de comment on peut organiser votre idée en trame de campagne. Et si jamais ne vous avez envie de proposer votre event, bien sûr, on prend !

En résumé : un quidam se pointe avec une histoire. Nous, on peut monter cette histoire en trame d’event. Une fois que s’est fait, le Havre Blanc va contacter tous ceux qui veulent donner de leur temps pour un event (voir une campagne). On réunit tout ce beau monde en extérieur pour un beau RP sauvage ou se mêlent des gens volontaires de toutes les CL, réunis autour de l’idéal d’une compagnie.


Quelques précisions :
-Le Havre Blanc ne cherche pas à être une grosse CL. Le but, c’est de pouvoir réunir des gens à l’échelle communautaire lors d’events. Vous pouvez très bien venir en étant guilde ailleurs, et c’est même encouragé : si tous font ça, ça fera des ponts entre les guildes, et des liens en plus.
-Le Havre Blanc ne sera pas une taverne ! Le QG du Havre est un endroit accueillant ou l’on vient lorsqu’on a besoin d’aide, ou lorsqu’on a besoin/envie de s’entretenir avec des gens qui habitent là. Nous ne voyons pas l’intérêt d’aller concurrencer des établissements qui ont ce rôle et le gèrent très bien.
-Le Havre Blanc est mue par la bonne volonté, l’envie de créer du RP et de mêler des joueurs en vue de faire faire des rencontres intéressantes aux personnages que l’on joue. Nous vous prions de respecter cet idéal, même s’il est naïf, et de croire que toute participation est la bienvenue. En revanche, nous protégeons avant tout le plaisir de jouer.
-En event, ce sera au MJ de donner le ton. Quel qu’il soit, ce dernier sera du Havre Blanc, où se sera un minimum organisé avec lui. Donc dans tous les cas, il aura toute légitimité à arbitrer et trancher tous les litiges, et avoir le dernier mot.



Nous contacter :
Via MP en jeu : Olorion Fatieslin, Fuyu Yumi, Akane Yuki, Enerielle Vernelec
Sur Discord : Fuyu et Olorion sont sur le Discord de la communauté (Contacter Fuyu Yumi, et Olorion) – N’hésitez pas à laisser un MESSAGE, nous le lirons, même si c’est plus tard.
Sur le forum de la communauté.

Retourner vers « Commerces, lieux d'animations et structure rp. »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité